Contact

Menu

Article

Investissement thématique: l’edutainment et la robotique, futures mégatendances

Nos ressources sont limitées. Selon Bertrand Piccard, elles devraient être utilisées de manière «intelligente, judicieuse, efficace et rentable». D’autres scientifiques ainsi que des entrepreneurs avant-gardistes, présents cette année à la Conférence thématique phare tenue à l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), sont du même avis et poursuivent eux aussi cet objectif.

23 décembre 2022

L’investissement thématique est synonyme de nouvelles opportunités d’investissement pour l’avenir

Photo: Johanne Nyborg, Un modèle RA d’un cœur qui bat 

Points clés à retenir

  • La plupart des thèmes d’investissement majeurs du futur sont déjà d’actualité et connus. Cependant, il est souvent difficile de les classer par ordre de priorité.
  • Identifier les bonnes opportunités d’investissement exige une compréhension approfondie du sujet et beaucoup de savoir-faire. Une coopération basée sur la confiance entre scientifiques et gestionnaires d’actifs met cet objectif en avant.
  • Bertrand Piccard en appelle à la remise en question et à la réinvention du futur. Il a lui-même déjà montré comment s’y prendre.
  • La société d’edutainment Ludenso utilise la réalité augmentée pour proposer une expérience éducative plus efficace. La créativité des enfants est préservée et encouragée.
  • Pour Robert Katzschmann, professeur à l’EPFZ, les robots du futur seront dotés de muscles, et non de moteurs. Le poisson-robot SoFi (Soft Robotic Fish) est un démonstrateur qui se sert de muscles pour explorer les fonds marins.

L’investissement thématique offre des opportunités de placement innovantes issues directement de la science

L’école à domicile faisait partie des thèmes de la dernière conférence accueillie par l’EPFZ en novembre 2018. A ce moment-là, tout le monde pensait qu’il faudrait attendre au moins 20 ans avant que cette forme d’enseignement décolle vraiment. Six mois plus tard, la Covid-19 est entrée dans nos vies et a accéléré cette tendance. L’école à domicile a enfin trouvé ses marques. Filippo Rima, Responsable Investment et responsable de région Asset Management Suisse, Credit Suisse Asset Management, juge cette évolution encourageante pour les tendances à venir. La capacité à repérer très tôt les tendances mondiales et les solutions innovantes et à les intégrer à la stratégie d’investissement devient de plus en plus importante.

Aujourd’hui, les systèmes d’enseignement sont en train de changer radicalement grâce à l’edutainment, l’apprentissage par le divertissement. Ceux-ci vont probablement s’imposer, tout comme d’autres «thématiques à forte conviction» telles que la sécurité, la robotique, la santé numérique, les conséquences environnementales et les infrastructures (voir l’étude de cas sur Ludenso).

La question est: comment identifier les thèmes et opportunités d’investissement dans cet espace? Pour l’équipe de placement thématique de Credit Suisse Asset Management, une étroite collaboration entre ses propres experts et les entrepreneurs est cruciale. Dans le même temps, les gestionnaires d’actifs s’efforcent d’établir le dialogue avec des scientifiques. Dans ce but, la banque a formé un partenariat avec l’EPFZ en 2018. Celui-ci prévoit notamment un soutien financier pour un poste de professeur en robotique.

«La coopération entre l’EPFZ et le Credit Suisse remonte à la création des deux institutions», commente le professeur Joël Mesot, président de l’EPFZ. Il y a plus de 160 ans, l’EPFZ et la «Schweizerische Kreditanstalt», ancien nom de l’actuel Credit Suisse, ont participé à la construction du tunnel du Gothard. Aujourd’hui, on a besoin de partenariats pour faire progresser les secteurs technologiques tels que la robotique, l’objectif étant que la Suisse reste en première ligne en termes de capacité d’innovation.

Bertrand Piccard voit des opportunités d’investissement majeures dans la crise énergétique et les infrastructures

La première place fait l’objet d’une concurrence acérée et requiert la capacité à penser et agir hors des sentiers battus, affirme Bertrand Piccard dans son discours liminaire. S’il est une chose que le psychiatre, explorateur et aventurier ne peut supporter, ce sont bien ces cinq mots: «ce n’est pas possible». Pourtant, il a entendu cette phrase sans cesse lorsqu’il cherchait des solutions aux grands défis de ce monde. Selon Piccard, on lui servait chaque fois la même explication: «parce que cela n’a jamais été fait avant.»

Le Suisse de 64 ans n’a pourtant jamais baissé les bras. S’il avait accepté cette réponse, il n’aurait jamais été capable de devenir la première personne à avoir fait le tour du monde en ballon d’une seule traite. Jamais non plus il n’aurait accompli cet exploit à bord d’un avion entièrement alimenté par l’énergie solaire. «L’objectif de Solar Impulse n’était pas de transporter des passagers», précise Piccard, mais plutôt de prouver que les énergies renouvelables et les technologies propres peuvent atteindre des objectifs jugés impossibles.

Bertrand Piccard s’est fixé l’objectif d’identifier plus de 1000 solutions permettant de protéger l’environnement d’une manière rentable sur le plan économique. «Pour cela, il faut rompre avec les règles existantes, explique-t-il. Nous devons inventer le futur auquel nous aspirons.»

Pour Piccard et ses collègues, la crise énergétique et la modernisation des infrastructures précaires représentent «les plus grandes opportunités de marché du siècle». Cependant, la société continue de traiter les ressources de la planète comme si elles étaient inépuisables. Nous devrions au contraire les utiliser «intelligemment, judicieusement, efficacement et de manière rentable», insiste Piccard.

L’objectif minimum de 1000 solutions technologiques rentables visant à réduire les émissions de CO2, la consommation d’énergie et d’eau, et à promouvoir l’efficacité énergétique et l’économie circulaire a déjà été atteint et largement dépassé. L’appel à réfléchir et à agir différemment a porté ses fruits.

Investissement thématique: la réalité augmentée offre de nombreuses opportunités d’investissement

Les enfants qui sont scolarisés aujourd’hui devront passer environ 13 000 heures au total sur les bancs de l’école. La plupart du temps, ils recevront tous le même enseignement et devront donner les mêmes réponses aux questions posées. «Cela n’encourage pas nécessairement la créativité», déplore Eirik Wahlstrom, co-fondateur de la société norvégienne Ludenso. C’est un énorme gaspillage de potentiel, ajoute-t-il. Selon une étude de la NASA, 98% des quatre et cinq ans obtiennent un niveau de génie aux tests de créativité. La proportion correspondante parmi les adultes n’est que de 2%.

Comment l’énorme potentiel créatif des jeunes enfants peut-il être utilisé pour que l’enseignement des matières scolaires soit plus efficace et plus durable? Ludenso compte sur les technologies qui facilitent et simplifient l’apprentissage. Les applications basées sur la réalité augmentée (RA) jouent un rôle important dans ce domaine.

Par exemple, les manuels peuvent être équipés d’une couche numérique qui permet d’enrichir le contenu analogique avec des informations visuelles et souvent animées. Cette technologie est représentée par un cœur qui bat sur l’écran du téléphone portable. Cela motive les enfants à vouloir en savoir davantage. 

La robotique biomimétique est une tendance du futur prometteuse

Apprendre de la nature a toujours été une voie que les chercheurs aiment suivre. Le professeur Robert Katzschmann a lui aussi emprunté cette voie et il est parvenu à des résultats impressionnants. Il est le fondateur et le responsable du Soft Robotics Lab à l’EPFZ. Utilisant un poisson-robot fait d’un corps hydraulique souple (appelé SoFi), il est à même de montrer comment un animal artificiel peut nager en trois dimensions. Sa motricité est biomimétique. Les nouvelles générations de SoFi imitent plus fidèlement la biologie et ne requièrent plus l’utilisation de moteurs rotatifs. Leur propulsion s’effectue uniquement grâce aux muscles. Pour parvenir à ce résultat, Katzschmann et son équipe ont créé des systèmes fonctionnant avec des muscles artificiels qui se contractent et s’étirent grâce à des charges électriques qui leur sont envoyées.

Ce qui est intéressant dans ce travail, c’est que les muscles, développés directement à partir de cellules biologiques, peuvent également être utilisés dans de futurs robots. «Dans cinq à dix ans, il y aura davantage de robots qui utilisent de véritables muscles au lieu de moteurs», prédit Katzschmann.

Quelles opportunités d’investissement offre la robotique?

La mécanique, l’intelligence artificielle et la connectivité étendue œuvrent de concert pour amener la robotique au niveau supérieur. Leur but est d’augmenter la productivité dans les secteurs traditionnels et de révolutionner la médecine et l’agriculture ainsi que la vie domestique, les moyens de transport et d’autres domaines. Les robots s’infiltrent dans chaque aspect de la vie moderne, et ce n’est que le début. Les développements politiques concernant la robotique, l’automatisation et l’intelligence artificielle peuvent avoir une incidence négative importante sur le thème Robotique.

Nos solutions d’investissement

Notre large éventail de solutions de placement couvrant toutes les grandes classes d’actifs vous garantit de trouver des produits correspondant à vos besoins personnels.

Contactez Asset Management

Découvrez des opportunités d’investissement attractives. Nous vous aiderons à atteindre vos objectifs d’investissement.

Source Credit Suisse, Conférence thématique phare 2022 à l’EPFZ, sauf si spécifié autrement.

Ce support est un document marketing de Credit Suisse Group SA et/ou de ses filiales (ci-après dénommé «CS»).
Il ne constitue nullement ou ne fait partie d’aucune offre ou invitation à émettre ou vendre, ni une sollicitation d’offre de souscription ou d’achat de valeurs ou d’autres instruments financiers, ou à effectuer toute autre opération financière, ni ne constitue une incitation de souscription à un produit, une offre ou un placement. Ce document commercial n’est pas un document contractuellement contraignant ni un document d’information requis par une disposition législative quelconque. Aucun élément de ce support ne saurait constituer une recherche ou un conseil en investissement et ne peut en aucun cas y être assimilé. Il n’est pas adapté à votre situation personnelle ni ne constitue une recommandation personnalisée et ne suffit pas pour prendre une décision de placement. Les informations et les opinions exprimées dans le présent document reflètent celles du Credit Suisse au moment de la rédaction et sont sujettes à modification à tout moment sans préavis. Elles proviennent de sources considérées comme fiables. Le CS ne fournit aucune garantie quant au contenu et à l’exhaustivité de ces informations et, dans la mesure où la loi le permet, il décline toute responsabilité pour les pertes qui pourraient résulter de l’utilisation de ces informations. Sauf mention contraire, les chiffres n’ont pas été vérifiés. Les informations fournies dans le présent document sont réservées au seul usage de son destinataire. Les informations figurant dans ce support peuvent être modifiées sans préavis après la date d’émission de celui-ci sans que CS soit tenu de les actualiser. Ce support peut contenir des informations sous licence et/ou protégées par les droits de propriété intellectuelle des concédants de licence et des détenteurs du droit à la propriété. Rien dans ce support ne saurait être interprété comme imposant une responsabilité aux concédants de licence ou aux détenteurs du droit à la propriété. La copie non autorisée des informations des concédants de licence ou des détenteurs du droit à la propriété est formellement interdite. Ce document ne peut en aucun cas être transféré ou distribué à une autre personne ni ne peut être reproduit. Tout transfert, distribution ou reproduction est interdit et peut entraîner une violation de la loi américaine de 1933 sur les valeurs mobilières US Securities Act, telle que modifiée et actuellement en vigueur (loi ci-après dénommée «Securities Act»). De plus, il peut y avoir des conflits d’intérêts concernant l’investissement. Dans le cadre de la prestation de services, Credit Suisse AG et/ou ses filiales peuvent le cas échéant payer à des tiers ou recevoir de la part de tiers, sous forme de frais ou autre, une rémunération unique ou récurrente (par exemple commissions de souscription, commissions de placement ou de suivi). Avant de prendre toute décision de placement, les investisseurs potentiels doivent évaluer indépendamment et avec soin (avec leurs conseillers fiscaux, juridiques et financiers) les risques spécifiques décrits dans les supports accessibles, les conséquences légales, réglementaires, fiscales et comptables ainsi que l’impact sur le crédit. Le gestionnaire de fonds d’investissement alternatifs ou la société de gestion (des OPCVM), selon ce qui est applicable, peut décider de résilier les accords locaux concernant la commercialisation des parts/unités d’un fonds, y compris mettre un terme aux enregistrements ou aux notifications avec l’autorité de surveillance locale. Une énumération des droits des investisseurs concernant les investissements dans des fonds d’investissement domiciliés dans l’Espace économique européen, gérés ou sponsorisés par Credit Suisse Asset Management, peut être obtenu en français et en anglais via www.credit-suisse.com/am/regulatory-information. La législation locale relative aux droits des investisseurs peut s’appliquer.
Copyright © 2022 CREDIT SUISSE. Tous droits réservés.

Distributeur: Credit Suisse Asset Management (Suisse) SA, Kalandergasse 4, CH-8045 Zurich