Contact

Menu

Article

«Un canapé de couleur ne suffit pas à transformer un bureau en une oasis de bien-être»

Constat post coronavirus: le bureau comme lieu de travail aura un avenir s’il est aménagé de manière plus conviviale, affirme Alice Hollenstein.

18 mai 2022

Entretien avec Alice Hollenstein

Fondatrice d’Urban Psychology Consulting & Research et co-directrice du CUREM à l’Université de Zurich

Alice Hollenstein, vous êtes psychologue, spécialisée en psychologie urbaine et architecturale. Où vous trouvez-vous en ce moment?

Alice Hollenstein: je suis dans ma cuisine. Vous ne voyez pas le four derrière moi, parce que j’ai flouté mon arrière-plan. Je suis une adepte du télétravail, j’y ai recours souvent. Contrairement à d’autres personnes, je suis une «intégratrice», c’est-à-dire que je ne distingue quasiment pas travail et vie personnelle. Le matin, je travaille jusqu’à ce que ma fille se réveille. C’est ainsi que je concilie travail et vie de famille.

Tout le monde ne voit pas les choses aussi positivement que vous.

C’est vrai. De nombreuses personnes travaillent plus à la maison qu’au bureau. Pour beaucoup, il est difficile de faire la distinction entre le travail et les loisirs. Les problèmes psychologiques ont également augmenté pendant la pandémie. De façon générale, il n’est toutefois pas possible d’établir un lien de cause à effet avec le télétravail. Le télétravail s’est accompagné d’autres restrictions liées à la pandémie qui ont pu également avoir un impact.

On a vu qu’il était possible de faire du télétravail. Les réunions «Zoom» et «Teams» peuvent-elles vraiment remplacer les échanges en face à face?

Non. Si elles constituent une alternative utile pour faire des points rapides, elles sont moins propices aux échanges créatifs. On constate également que certains freins de communication diminuent en ligne et que les heurts et les malentendus sont donc plus fréquents.  

Malgré tout, les avantages du télétravail l’emportent selon vous?

Je trouve que combiner bureau et télétravail est idéal. Il est plus facile de convenir d’une réunion et d’échanger des informations en ligne. Après tout, il n’est pas nécessaire de se déplacer et cela permet de gagner du temps. Le télétravail est arrivé dans le but de rester partiel.

Les autres sont-ils aussi productifs que vous à la maison?

(Rires) Je ne sais pas si je suis vraiment productive. Cela dépend, d’une part, du niveau de discipline de chacun, et d’autre part du fait de disposer ou non d’un espace de travail adéquat chez soi. Si, par exemple, on ne peut pas s’isoler des enfants, cela devient difficile.

Quelles sont les autres conditions nécessaires pour travailler efficacement à la maison?

La maîtrise de soi, c’est-à-dire, par exemple, être capable de résister au yaourt dans le réfrigérateur. Avoir une routine bien définie qui sépare le travail des loisirs peut s’avérer utile. Mais cela n’est pas toujours facile. D’ailleurs, des études montrent que les femmes estiment que leur productivité est plus élevée que celle des hommes lorsqu’elles sont en télétravail.

De nombreuses personnes se sont réjouies de gagner en autonomie en travaillant de chez elles.

Aux États-Unis, de nombreux millennials, en quête de flexibilité et de liberté, se sont mis à leur compte. Une grande partie a créé et géré son entreprise tout en travaillant. Selon le US Census Bureau, 5,4 millions de nouvelles entreprises ont été enregistrées aux États-Unis en 2021, soit un million de plus qu’en 2020.

Donc, la confiance de l’entreprise, c’est bien, mais le contrôle du télétravail, c’est mieux?

Je ne dirais pas ça. Il faut un autre style de management et des structures différentes. Contrôler les heures de présence en télétravail n’apporte pas grand-chose. Les missions qu’une entreprise peut exiger sont plus importantes.

Quelle sera à l’avenir la part du télétravail?

Plusieurs enquêtes ont été réalisées à ce sujet. La plupart du temps, le bureau arrive en tête avec environ 60% du temps de travail. Je n’ai pas vraiment confiance dans ces chiffres. Si on laisse les individus libres de choisir, la part du télétravail devrait être supérieure à 40%. Mais si une bonne partie des effectifs se rend au bureau, cela créé une pression de groupe et le sentiment de manquer quelque chose si l’on ne se rend pas au bureau.

Le bureau est-il en train de devenir un modèle obsolète?  

Non. Personne ne souhaite non plus recevoir ses clients à la maison. C’est pourquoi il faut des locaux ou des bureaux représentatifs où l’on puisse se rencontrer. C’est un aspect très important, tout comme le siège de l’entreprise, visible dans le monde numérique et qui est créateur d’identité. Le bureau est un lieu d’échange social et professionnel. Cela permet de souder les équipes et d’obtenir de meilleurs résultats en comparaison avec le télétravail. De plus, le bureau est un endroit essentiel pour les jeunes jusqu’à 30 ans environ. Le monde du travail leur permet de développer leur réseau. C’est important pour faire carrière, se faire des amis ou peut-être même tomber amoureux. 

Certains emplois ne se prêtent toutefois pas au télétravail.

En effet, c’est le cas de la vente par exemple. Dans ce cas, c’est la confiance envers l’autre qui détermine si l’on peut faire des affaires. En ligne via «Zoom» ou «Teams», nous n’avons pas accès aux informations qui nous permettent d’évaluer les personnes en une fraction de seconde au quotidien. Par conséquent, faire confiance à une personne en ligne demande beaucoup plus de temps.

Là où c’est possible, de nombreux salariés se réjouissent désormais d’un retour partiel au bureau.

En fait, la majorité d’entre eux le souhaitent.

Que faut-il pour que tous les salariés aient à nouveau envie de se rendre au bureau?

En guise de Fringe Benefit, une entreprise pourrait également proposer à ses employés un bureau individuel bien intégré ou proposer une prise en charge des frais de transports publics pour se rendre au travail. D’une manière générale, à l’heure où la concurrence fait rage pour attirer du personnel qualifié, il est de plus en plus important de disposer d’un lieu de travail où l’on se sent bien.

Cela fait penser à un salon. Est-ce là l’avenir du bureau?

Oui, mais pas uniquement. La tendance est à ce que l’on appelle les valeurs de travail salutogènes, c’est-à-dire bénéfiques pour la santé. Ce sont des lieux où les polluants du bâtiment ne s’échappent pas, où la qualité de l’air est bonne, où les conditions d’éclairage ne donnent pas de maux de tête, où des espaces extérieurs sont disponibles et où la vie privée est préservée. L’architecture répond en partie à ce besoin en proposant des bureaux modulables pour différents usages.

Les espaces de bureaux modulables constituent-ils une solution?

Il est certes souhaitable d’avoir une certaine flexibilité. Cependant, je ne suis pas convaincue par la plupart des projets d’espaces de travail en vogue actuellement. Il s’agit d’aménagements haut de gamme avec des canapés de couleur, mais qui ne suffisent pas à faire d’un bureau une oasis de bien-être. Parfois, en faire moins ne serait pas plus mal.

Par exemple, une isolation phonique ou visuelle dans un grand bureau?

Oui, mais cela peut également prendre la forme d’une belle douche – pas n’importe où dans la cave – pour se rafraîchir après avoir fait du sport le midi.

Le pourcentage de personnes en télétravail n’a jamais été aussi élevé. Les entreprises peuvent désormais faire des économies en réduisant leurs espaces de bureau. Pouvez-vous le confirmer? 

Jusqu’à présent, je n’ai pas constaté de diminution significative du nombre de bureaux. Quand on va au bureau, on devrait pouvoir y trouver une place. Tant qu’elles en auront les moyens, les entreprises continueront donc à exploiter leurs surfaces. C’est du moins ce que je crois.

On constate un recul du marché des surfaces de bureaux dans les sites décentralisés en raison de la pandémie.

Je pense que l’on surestime l’impact de la pandémie sur le marché. La demande de bureaux situés dans des endroits peu attractifs est depuis longtemps en baisse. Cette situation va perdurer. Si trop d’espaces de bureaux sont mis sur le marché, il sera également difficile de trouver des locataires. Dans les zones urbaines attractives, les prix des bureaux ont déjà dépassé le niveau d’avant la pandémie.

Pouvez-vous faire un pronostic? Comment le marché de l’immobilier de bureau va-t-il évoluer dans les années à venir?

C’est difficile à dire. Le plus grand moteur du boom immobilier de ces dernières années a été la conjoncture, les liquidités avantageuses et l’immigration. Aujourd’hui, les principaux enjeux du développement économique sont l’inflation et l’endettement. Je pars du principe qu’il y aura toujours une demande de bureaux dans les villes bien desservies.

Alice Hollenstein

Le bureau est mort. Vive le bureau!

Malgré tous les avantages du télétravail, de nombreuses personnes sont heureuses de pouvoir retourner au bureau. Toutefois, pour que ces bonnes dispositions perdurent, il faut des environnements de travail d’un genre nouveau. Le bureau doit devenir un lieu de bien-être où il fait bon travailler.

Contactez-nous

N’hésitez pas à nous contacter pour obtenir des informations sur les opportunités d’investissement et découvrir comment nous pouvons vous aider à atteindre vos objectifs de placement. 

Ce support est un document marketing de Credit Suisse Group SA et/ou de ses filiales (ci-après dénommé «CS») et donne des informations sur une stratégie. Il ne constitue nullement ou ne fait partie d’aucune offre ou invitation à émettre ou vendre, ni une sollicitation d’offre de souscription ou d’achat de valeurs ou d’autres instruments financiers, ou à effectuer toute autre opération financière, ni ne constitue une incitation de souscription à un produit, une offre ou un placement. Ce document commercial n’est pas un document contractuellement contraignant ni un document d’information requis par une disposition législative quelconque. Aucun élément de ce support ne saurait constituer une recherche ou un conseil en investissement et ne peut en aucun cas y être assimilé. Il n’est pas adapté à votre situation personnelle ni ne constitue une recommandation personnalisée et ne suffit pas pour prendre une décision de placement. Les informations et les opinions exprimées dans le présent document reflètent celles du Credit Suisse au moment de la rédaction et sont sujettes à modification à tout moment sans préavis. Elles proviennent de sources considérées comme fiables. Le CS ne fournit aucune garantie quant au contenu et à l’exhaustivité de ces informations et, dans la mesure où la loi le permet, il décline toute responsabilité pour les pertes qui pourraient résulter de l’utilisation de ces informations. Sauf mention contraire, les chiffres n’ont pas été vérifiés. Les informations fournies dans le présent document sont réservées au seul usage de son destinataire. Les informations figurant dans ce support peuvent être modifiées sans préavis après la date d’émission de celui-ci sans que CS soit tenu de les actualiser. Ce support peut contenir des informations sous licence et/ou protégées par les droits de propriété intellectuelle des concédants de licence et des détenteurs du droit à la propriété. Rien dans ce support ne saurait être interprété comme imposant une responsabilité aux concédants de licence ou aux détenteurs du droit à la propriété. La copie non autorisée des informations des concédants de licence ou des détenteurs du droit à la propriété est formellement interdite. Ce document ne peut en aucun cas être transféré ou distribué à une autre personne ni ne peut être reproduit. Tout transfert, distribution ou reproduction est interdit et peut entraîner une violation de la loi américaine de 1933 sur les valeurs mobilières US Securities Act, telle que modifiée et actuellement en vigueur (loi ci-après dénommée «Securities Act»).