Contact

Menu

Article

Reduce to the max – Les espaces restent des espaces.

Il est impossible de réinventer l’habitat. C’est pourquoi les architectes Michel Gübeli et Roman Züst ne croient pas aux plans de sol flexibles, mais plutôt à l’intégration des bâtiments dans l’urbanisme. Les deux associés chez Züst Gübeli Gambetti Architektur und Städtebau AG sont convaincus que l’histoire donne raison à leur philosophie.

28 juin 2022

Entretien avec Michel Gübeli et Roman Züst

Associés chez Züst Gübeli Gambetti Architektur und Städtebau AG

Michel Gübeli (à gauche) et Roman Züst (à droite) sont architectes et associés chez Züst Gübeli Gambetti Architektur und Städtebau AG.

Auparavant, on séparait travail et logement. Depuis la pandémie, tout est à nouveau regroupé dans un même espace. Saluez-vous cette évolution?

R. Züst: Je pense que mélanger habitat et travail dans un même espace va entraîner des problèmes pour l’humanité. Ces deux dernières années, nous avons été contraints de travailler à la maison. Les gens ont été obligés de passer des coups de téléphone exaspérants depuis leur domicile, en présence de leurs enfants, ce qui a perturbé l’intimité du foyer. Ce n’est pas la meilleure façon d’organiser sa vie et son travail. De mon point de vue, mélanger vie privée et travail dans une même pièce n’est pas vraiment souhaitable.

Vous êtes d’accord, Monsieur Gübeli?

M. Gübeli: Oui. La longue tradition de l’habitat est constante. Les gens l’associent au fait de se sentir chez soi. Il faut pouvoir se retirer. Ce besoin a encore été renforcé pendant la pandémie avec le télétravail. La mission de l’architecte consiste à fournir un simple «contenant» compartimenté. Les pièces doivent rester des pièces que l’on peut utiliser à sa guise. Les habitants décident de la manière dont ils veulent faire vivre et meubler ces espaces. Il est important qu’ils puissent décider eux-mêmes de l’utilisation et qu’ils disposent d’une marge de manœuvre maximale.

Vous aussi, vous vivez ainsi?

R. Züst: Je vis dans une maison de 1909. Il y a de nombreuses petites pièces, qui sont aujourd’hui encore très utiles.

Aujourd’hui, avoir son propre espace au sein de logements flexibles est possible, ce qui augmentent la marge de manœuvre des habitants.

R. Züst: La question de la flexibilité se pose. À quoi se réfère-t-elle? Nous ne suivons pas les tendances, mais nous visons une architecture durable à long terme. Je pense ici à des bâtiments destinés à la fois à l’habitat et au travail. Pensez aux immeubles d’habitation construits autour de 1900. Il est possible d’y aménager un bureau. L’architecture présente des proportions et des hauteurs sous plafond cohérentes, ce qui permet un usage flexible des espaces, même si la répartition des pièces reste très classique.

M. Gübeli: Je suis d’accord. Nous constatons que les gens se détournent des espaces ouverts, où il n’y a pas de limite entre la cuisine, la salle à manger et le salon. Ils repensent l’habitat en termes de pièces. Ils en ont assez de la modularité et de la flexibilité et souhaitent des pièces faciles à vivre, capables de s’adapter à différents usages, comme manger, dormir ou travailler. En résumé: l’habitat reste très traditionnel. Dans chaque logement, l’enjeu est de créer des espaces où se retirer, avec des pièces bien définies. On obtient ainsi une grande flexibilité d’utilisation. Nous souhaitons proposer des espaces qui conviendront encore aux gens dans 500 ans et où ils se sentiront bien.

Projet Cosmos

Le projet Cosmos de Dübendorf comprend quatre immeubles à usage résidentiel et commercial. Deux des immeubles sont des bâtiments purement résidentiels avec des appartements de 1,5 à 4,5 pièces. Le troisième immeuble abrite des surfaces commerciales. Le quatrième immeuble combine les deux approches en associant logements et surfaces commerciales. L’un des objectifs majeurs du projet de CS REF Green Property est de le relier à l’espace urbain de Zurich. La fin des travaux est prévue pour le 1er septembre 2023.

Tour Schulstrasse 44

L’assainissement total de la tour (anciennement Swissôtel) construite en 1972 sur la Marktplatz à Zurich Oerlikon permet une multitude de nouveaux usages. Tandis que les étages inférieurs, accessibles au public, accueillent un hôtel, un restaurant, des bureaux et des surfaces commerciales, les étages supérieurs sont conçus pour un usage résidentiel. Ils abritent 132 appartements de 1,5 à 2,5 pièces et des mini-lofts, ainsi que six maisons de ville. Il y aura également un balcon urbain accessible depuis l’extérieur. L’emménagement des locataires du projet CS REF Hospitality est prévu pour fin mars 2024.

Une architecture durable – à croire que vous construisez pour l’éternité. N’y a-t-il pas d’innovation pour vous?

M. Gübeli: Je ne suis pas un adepte de l’innovation à tout prix. J’attache davantage d’importance aux traditions. On ne peut pas réinventer la roue. L’architecture et l’urbanisme doivent être conçus pour fonctionner au mieux. Ce n’est pas un hasard si les gens aiment habiter dans des appartements anciens. Ils veulent de la hauteur sous plafond et de la luminosité. Inutile de tout révolutionner, il suffit de travailler intelligemment à partir de l’existant.

R. Züst: N’oubliez pas non plus que les bâtiments existants sont bien plus viables sur le plan écologique.

Cela signifie-t-il que vous évaluez votre réussite en fonction de la pérennité de l’architecture?

M. Gübeli: C’est sur une longue période que l’on voit si une solution fonctionne. Les pièces doivent être proportionnées de manière à pouvoir être utilisées librement. Au niveau de l’urbanisme, si un lotissement n’a pas de logements vacants et qu’il est animé, alors le projet est cohérent. Il s’agit ici de mesures simples. Mais ce n’est pas tout.

C’est-à-dire?

M. Gübeli: Je pense à l’aspect économique. Nous devons proposer des logements abordables. Il est donc important de réfléchir en fonction des personnes qui y vivront un jour, et non en fonction de ce qui nous plaît en tant qu’architectes. Un bâtiment n’a pas besoin d’être innovant ou exceptionnel à tout prix. Il faut plutôt faire preuve de bon sens, d’un savoir-faire solide et de lucidité. En tant qu’architectes, nous pensons aux futurs utilisateurs.

Pour de nombreux locataires, l’emplacement d’un logement reste toutefois décisif.

M. Gübeli: Tout à fait. La manière dont les bâtiments s’intègrent dans l’espace de la ville est déterminante. L’urbanisme est le maître-mot.

Pour construire en fonction des besoins, il faut se laisser guider par l’urbanisme.

R. Züst: En effet, ce qui nous ramène à votre question initiale. Si vous voulez savoir comment le fait de vivre et de travailler dans le même espace peuvent se côtoyer et cohabiter, il ne suffit pas de se demander comment le bâtiment et les espaces ont été conçus. Il est tout aussi important de se demander si la ville est faite pour vivre et travailler au même endroit. Pensez aux cités-jardins1 des lotissements de l’après-guerre, destinées uniquement à l’habitat. Les habitants devaient parcourir de longues distances pour aller travailler. Ce concept n’a pas fonctionné.

Que faudrait-il pour qu’il soit possible de vivre et de travailler au même endroit en ville?

M. Gübeli: Cela dépend de l’endroit où se situe un bâtiment en ville. Dans le projet Cosmos, situé à Dübendorf, en périphérie de Zurich, il était important de faire vivre le rez-de-chaussée avec des activités adaptées – notamment avec des espaces communs et des petits commerces, des commerces de proximité et des cafés ouverts aux personnes extérieures au lotissement. La qualité du projet se mesure à l’animation qui règne au rez-de-chaussée. Cela incite les gens à sortir de chez eux pour aller travailler également à l’extérieur.

R. Züst: À l’inverse, le projet de la Schul-strasse 44 se trouve au cœur d’une zone très urbaine d’Oerlikon. La tour est directement reliée à la gare et à la place du marché. Le bâtiment abritera un hôtel, un restaurant, des bureaux et même un balcon urbain accessible au public. Ces éléments garantissent une connexion avec la ville. Le restaurant et les activités commerciales feront vivre le rez-de-chaussée.

Qu’en est-il de la densification?

R. Züst: Lorsque nous densifions, nous utilisons des éléments d’urbanisme qui permettent au plus grand nombre de se retrouver au même endroit. La tour en fait partie. Il est possible d’y «empiler» des personnes et des usages. On peut ainsi y vivre et y travailler en même temps.

Global Real Estate

Credit Suisse Asset Management est un grand prestataire d’investissements immobiliers. Notre vaste gamme de solutions immobilières couvre de nombreux types d’investissement et régions géographiques.

La densification est-elle la seule chose nécessaire au développement d’une ville?

R. Züst: Non, la densification ne suffit pas à créer une atmosphère urbaine. C’est pourquoi, même dans les zones très urbaines, nous devons faire en sorte que le rez-de-chaussée soit animé et que la connexion avec la ville fonctionne. C’est possible en construisant la tour sous la forme d’un tronçon de rue. On y trouve des magasins les uns à côté des autres, comme dans les centres-villes européens traditionnels. L’idéal, c’est une ville aussi dense que possible, où il fait bon vivre et où l’on peut habiter, travailler, consommer et flâner au même endroit.

Les considérations urbanistiques sont donc plus importantes pour vous que les projets architecturaux?

M. Gübeli: En un sens, oui. Même si réfléchir à l’esthétisme d’une façade est également intéressant. Tout bien considéré, la façade importe peu aux habitants. Ce qui compte, c’est de savoir comment le lotissement cherche à s’intégrer dans l’espace urbain et comment le rez-de-chaussée fonctionne. Bien entendu, il faut ensuite se pencher sur la façon dont l’espace de vie est conçu. Cela donne une identité à un lotissement et facilite la commercialisation du produit. Mais pour l’usage, cela joue un rôle secondaire.

À vos yeux, qu’est-ce qui fait la réussite d’un projet?

M. Gübeli: Nos solutions doivent être durables dans le temps. C’est pourquoi, en tant qu’architectes, nous nous intéressons aux 80% de personnes pour qui un bâtiment est ce qu’il est, à savoir un espace où chacun peut choisir ses propres usages et qui s’intègre dans le tissu urbain. Bien sûr, nous aimons les belles choses, mais nous ne construisons pas pour les 20% qui méprisent l’architecture fonctionnelle et ne misent que sur l’esthétique. Nos solutions doivent être durables dans le temps.

 

1 Le concept de cité-jardin est utilisé en urbanisme depuis le début du 20e siècle. Créé en Angleterre, il a rapidement été adopté en Allemagne dans les années 1910 et 1920 pour éviter le clivage entre la ville et la campagne. Lors de la reconstruction d’après-guerre, à partir des années 1950, la cité-jardin a perdu sa fonction initiale pour désigner un quartier de banlieue verdoyant, destiné à être habité.

Le bureau est mort. Vive le bureau!

Malgré tous les avantages du télétravail, de nombreuses personnes sont heureuses de pouvoir retourner au bureau. Toutefois, pour que ces bonnes dispositions perdurent, il faut des environnements de travail d’un genre nouveau. Le bureau doit devenir un lieu de bien-être où il fait bon travailler.

Contactez-nous

N’hésitez pas à nous contacter pour obtenir des informations sur les opportunités d’investissement et découvrir comment nous pouvons vous aider à atteindre vos objectifs de placement. 

Ce support est un document marketing de Credit Suisse Group SA et/ou de ses filiales (ci-après dénommé «CS») et donne des informations sur une stratégie. Il ne constitue nullement ou ne fait partie d’aucune offre ou invitation à émettre ou vendre, ni une sollicitation d’offre de souscription ou d’achat de valeurs ou d’autres instruments financiers, ou à effectuer toute autre opération financière, ni ne constitue une incitation de souscription à un produit, une offre ou un placement. Ce document commercial n’est pas un document contractuellement contraignant ni un document d’information requis par une disposition législative quelconque. Aucun élément de ce support ne saurait constituer une recherche ou un conseil en investissement et ne peut en aucun cas y être assimilé. Il n’est pas adapté à votre situation personnelle ni ne constitue une recommandation personnalisée et ne suffit pas pour prendre une décision de placement. Les informations et les opinions exprimées dans le présent document reflètent celles du Credit Suisse au moment de la rédaction et sont sujettes à modification à tout moment sans préavis. Elles proviennent de sources considérées comme fiables. Le CS ne fournit aucune garantie quant au contenu et à l’exhaustivité de ces informations et, dans la mesure où la loi le permet, il décline toute responsabilité pour les pertes qui pourraient résulter de l’utilisation de ces informations. Sauf mention contraire, les chiffres n’ont pas été vérifiés. Les informations fournies dans le présent document sont réservées au seul usage de son destinataire. Les informations figurant dans ce support peuvent être modifiées sans préavis après la date d’émission de celui-ci sans que CS soit tenu de les actualiser. Ce support peut contenir des informations sous licence et/ou protégées par les droits de propriété intellectuelle des concédants de licence et des détenteurs du droit à la propriété. Rien dans ce support ne saurait être interprété comme imposant une responsabilité aux concédants de licence ou aux détenteurs du droit à la propriété. La copie non autorisée des informations des concédants de licence ou des détenteurs du droit à la propriété est formellement interdite. Ce document ne peut en aucun cas être transféré ou distribué à une autre personne ni ne peut être reproduit. Tout transfert, distribution ou reproduction est interdit et peut entraîner une violation de la loi américaine de 1933 sur les valeurs mobilières US Securities Act, telle que modifiée et actuellement en vigueur (loi ci-après dénommée «Securities Act»).