Contact

Menu

Article

«Le marché de l’immobilier va profiter de la tokenisation»

La numérisation et notamment la technologie blockchain offrent de nouvelles perspectives aux investisseurs dans le secteur immobilier. Cependant, le professeur Fabian Schär, expert en blockchain et en banque à l’université de Bâle, invite à ne pas surestimer ce potentiel, car il reste encore certains obstacles juridiques à surmonter.

18 mai 2022

immobilien-markt.jpg

«En 2019, j’ai voulu prendre une participation d’environ CHF 300 dans un immeuble d’habitation à Détroit via un prestataire américain», explique le professeur Fabian Schär, directeur du Center for Innovative Finance à l’université de Bâle. «Le processus technique autour du token a parfaitement fonctionné.» Mais la désillusion ne s’est pas faite attendre, poussant Fabian Schär à annuler son achat: «Il fallait que je lise et que je signe des documents juridiques d’environ 150 pages.»

Cet exemple illustre parfaitement ce qui fait actuellement défaut dans la tokenisation des valeurs immobilières. Souvent, les bases juridiques restent à définir ou les processus relatifs aux inscriptions au registre foncier et au transfert de propriété ne sont pas numérisés. Malgré cette expérience décevante, Fabian Schär est toutefois convaincu que la blockchain comme technologie de base et la tokenisation des valeurs immobilières possèdent un fort potentiel que le secteur immobilier et financier se doit d’exploiter. Les fournisseurs de placements immobiliers, tout comme les investisseurs, peuvent en effet en bénéficier.

De nombreux avantages

Le principal avantage de la tokenisation de l’immobilier réside dans l’automatisation des transactions qui s’effectuent beaucoup plus rapidement, sans intermédiaire ni conseiller. Mais pour Fabian Schär, c’est la transparence qui prime, associée à un degré de sécurité élevée. L’échange de tokens, qui représentent la propriété immobilière, s’effectue via une blockchain publique de manière totalement transparente pour tous les participants. Selon l’expert, le deuxième avantage majeur est l’interopérabilité. Les tokens pourraient par exemple être utilisés comme collatéral dans d’autres protocoles financiers et bénéficier des spécificités du système financier ouvert. D’autres avantages, comme l’impact sur les opportunités de diversification pour les investisseurs, sont intéressants, mais pourraient aussi être obtenus par le biais d’autres technologies.

Qu’est-ce que la blockchain?

Plusieurs obstacles

Mais il faudra encore attendre un peu avant que ces avantages ne se concrétisent pleinement et que des offres totalement opérationnelles soient disponibles pour les investisseurs. La législation freine considérablement les aspects techniques, car les biens immobiliers ont un statut juridique particulier. Pour les tokens promettant une livraison d’or, même si l’on peut s’interroger au sujet de la sécurité et de la nature de la garantie, la situation est plus claire et les obstacles juridiques beaucoup moins nombreux. Les biens immobiliers bénéficient d’une protection spéciale qui complique la situation juridique.

Selon Fabian Schär, il serait également important que les différents acteurs ne misent pas tout sur leur propre solution de blockchain privée, mais qu’ils adoptent une approche commune et publique de la blockchain. Ce n’est qu’à cette condition que le marché prendra de l’ampleur et que l’interopérabilité sera possible, ce qui permettra de profiter des vrais avantages de la blockchain.

Finance décentralisée et tokens. Comment cela fonctionne-t-il?

Centralisé vs décentralisé

«Les bases de données centralisées peuvent être très efficaces. Le risque c’est que quelqu’un en soit responsable et intervienne pour son propre compte», explique Fabian Schär. «À cela s’ajoute le problème des silos de données cloisonnés qui manquent de clarté et dont les entrées peuvent difficilement être agrégées ou utilisées de manière transversale. En revanche, personne ne peut manipuler les systèmes publics entièrement décentralisés et tous les participants peuvent suivre les transactions ou les modifications en toute transparence.» M. Schär ajoute que cet aspect pourrait lutter contre un phénomène économique appelé «théorie du hold-up». La théorie du hold-up désigne une situation où il est impossible d’atteindre un résultat socialement souhaitable parce qu’une partie ne souhaite pas se placer dans une relation de dépendance.

Cependant, Fabian Schär ne croit pas à un traitement entièrement automatisé des transactions via des tokens immobiliers. Certes, les smart contracts permettent de régler et d’automatiser de nombreux éléments de la transaction, mais le problème est que certaines données ne se trouvent pas nativement sur la blockchain. Il faut que quelqu’un les ajoute, ce qui peut entraîner certaines dépendances et des retards dans le processus. Dans le monde de la blockchain, on parle des «oracles» qui fournissent ces données externes. Néanmoins, Fabian Schär est convaincu du potentiel à long terme de la tokenisation dans le secteur immobilier. Il reste cependant encore quelques obstacles à franchir avant que le phénomène ne se généralise.

Le professeur Fabian Schär répond:

Le bureau est mort. Vive le bureau!

Malgré tous les avantages du télétravail, de nombreuses personnes sont heureuses de pouvoir retourner au bureau. Toutefois, pour que ces bonnes dispositions perdurent, il faut des environnements de travail d’un genre nouveau. Le bureau doit devenir un lieu de bien-être où il fait bon travailler.

Contactez-nous

N’hésitez pas à nous contacter pour obtenir des informations sur les opportunités d’investissement et découvrir comment nous pouvons vous aider à atteindre vos objectifs de placement. 

Dans la mesure où ces supports contiennent des déclarations sur l’avenir, celles-ci ont un caractère prévisionnel et sont donc soumises à divers risques et incertitudes. Elles ne constituent pas une garantie de résultats futurs.  

Ce support est un document marketing de Credit Suisse Group SA et/ou de ses filiales (ci-après dénommé «CS») et donne des informations sur une stratégie. Il ne constitue nullement ou ne fait partie d’aucune offre ou invitation à émettre ou vendre, ni une sollicitation d’offre de souscription ou d’achat de valeurs ou d’autres instruments financiers, ou à effectuer toute autre opération financière, ni ne constitue une incitation de souscription à un produit, une offre ou un placement. Ce document commercial n’est pas un document contractuellement contraignant ni un document d’information requis par une disposition législative quelconque. Aucun élément de ce support ne saurait constituer une recherche ou un conseil en investissement et ne peut en aucun cas y être assimilé. Il n’est pas adapté à votre situation personnelle ni ne constitue une recommandation personnalisée et ne suffit pas pour prendre une décision de placement. Les informations et les opinions exprimées dans le présent document reflètent celles du Credit Suisse au moment de la rédaction et sont sujettes à modification à tout moment sans préavis. Elles proviennent de sources considérées comme fiables. Le CS ne fournit aucune garantie quant au contenu et à l’exhaustivité de ces informations et, dans la mesure où la loi le permet, il décline toute responsabilité pour les pertes qui pourraient résulter de l’utilisation de ces informations. Sauf mention contraire, les chiffres n’ont pas été vérifiés. Les informations fournies dans le présent document sont réservées au seul usage de son destinataire. Les informations figurant dans ce support peuvent être modifiées sans préavis après la date d’émission de celui-ci sans que CS soit tenu de les actualiser. Ce support peut contenir des informations sous licence et/ou protégées par les droits de propriété intellectuelle des concédants de licence et des détenteurs du droit à la propriété. Rien dans ce support ne saurait être interprété comme imposant une responsabilité aux concédants de licence ou aux détenteurs du droit à la propriété. La copie non autorisée des informations des concédants de licence ou des détenteurs du droit à la propriété est formellement interdite. Ce document ne peut en aucun cas être transféré ou distribué à une autre personne ni ne peut être reproduit. Tout transfert, distribution ou reproduction est interdit et peut entraîner une violation de la loi américaine de 1933 sur les valeurs mobilières US Securities Act, telle que modifiée et actuellement en vigueur (loi ci-après dénommée «Securities Act»).