Contact

Menu

Article

Place à l’action – La durabilité devient réalité

Le secteur immobilier souhaite devenir plus durable. C’est pourquoi il faut évaluer l’empreinte écologique des bâtiments et des portefeuilles immobiliers à l’aide d’un benchmark de CO₂ et, par la suite, à l’aide d’un benchmark du bilan énergétique plus global. Les paramètres du benchmarking CO₂ de la REIDA (Real Estate Investment Data Association) seront disponibles sur le plan opérationnel dès cette année pour les propriétaires de portefeuilles intéressés.

13 mai 2022

Aujourd’hui, les labels de durabilité les plus courants ont tendance à se focaliser sur la phase de construction ou de rénovation des biens immobiliers. Ils ne tiennent pas compte des émissions concrètes de CO2 durant la phase de gestion. Urs Frey, gestionnaire du fonds, se félicite de la mise en œuvre des benchmarks par l’association sectorielle REIDA. «La consommation d’énergie est un paramètre déterminant pour la durabilité. Le nouvel indice permet désormais de comparer des portefeuilles qui comportent des biens immobiliers plus anciens», explique M. Frey. La transparence en matière de consommation d’énergie est également payante pour les investisseurs, car un approvisionnement énergétique durable augmente la valeur d’un bien immobilier.

L’un des principaux problèmes sur la voie d’une plus grande durabilité réside dans le fait que les biens ou services durables sont difficilement identifiables vus de l’extérieur. Cela vaut en particulier pour les biens immobiliers. Il y a plusieurs années, les promoteurs ont donc commencé àlabelliser leurs biens immobiliers. Pour les acheteurs et les utilisateurs de biens immobiliers, ces labels de qualité garantissent le respect des principes de durabilité.

Le succès des labels de qualité environnementale a toutefois entraîné une prolifération de labels et de notations, ce qui a davantage contribué à créer la confusion qu’à éclaircir la situation. Dans l’immobilier, il n’est pas rare que les labels reposent sur 20 facteurs voire plus, ce qui complique la comparaison entre les différents labels et nuit également à l’interprétation d’une notation.

Objectif: créer de la transparence

Récemment, il a été décidé de se focaliser à nouveau sur les principaux indicateurs de consommation et d’émission des biens immobiliers. Il s’agit notamment de la consommation d’énergie, des émissions de CO2 et de la part d’énergie renouvelable dans la consommation. De nombreux gestionnaires de portefeuille disposent désormais de données plus précises sur leurs immeubles qu’il y a quelques années. Fidèles à l’adage «on ne peut pas contrôler ce que l’on ne peut pas mesurer», ils ont déployé des efforts considérables pour obtenir des données énergétiques toujours plus performantes. Mais ce qui fait défaut, ce sont des valeurs de comparaison permettant aux gestionnaires de portefeuilles d’évaluer les progrès réalisés pour réduire la consommation d’énergie et les émissions de CO2.

En principe, prouver la durabilité d’un bien immobilier n’est pas compliqué. Il suffit de collecter les données de consommation d’énergie et d’émission de CO2 des immeubles et de les standardiser. La plupart du temps, la surface des biens immobiliers sert de base normative.

Mais quelle surface prendre en compte? Si l’on se base sur la surface louée, un bâtiment dont un cinquième est constitué d’un entrepôt non chauffé s’en sort nettement mieux, bien qu’il soit peut-être moins bien isolé. Cet exemple montre que pour les immeubles de placement notamment, le diable se cache souvent dans les détails et qu’il faut des règles uniformes.

Établir des normes comparables 

La surface de référence énergétique (SRE) s’est imposée dans la normalisation des surfaces. Elle comprend toutes les surfaces chauffées ou climatisées d’un bâtiment. Cependant, certaines questions demeurent sans réponse, comme le fait de savoir si la cage d’ascenseur ou d’escalier fait aussi partie de la SRE. Pour comparer équitablement les portefeuilles immobiliers, de nombreuses autres distinctions, complexes sur le plan technique, sont nécessaires.

Cependant, une procédure unique et des normes correspondantes font souvent défaut. L’absence de standardisation fait que les valeurs de référence des différents portefeuilles immobiliers ne sont que rarement comparables entre elles. Pour remédier à ce problème, l’association à but non lucratif REIDA (Real Estate Investment Data Association) a lancé son projet de benchmarking afin de créer une plus grande transparence dans ce domaine. Un projet pilote a déjà été mené en 2020 avec cinq grands investisseurs institutionnels dans l’immobilier, dont Credit Suisse Asset Management. Cette année, l’objectif est de passer à une exploitation opérationnelle périodique.

Amélioration continue de la méthode de mesure visée

Les participants au benchmarking fournissent les données de leur portefeuille immobilier et reçoivent un rapport qui présente les principaux indicateurs de durabilité pour le portefeuille dans son ensemble ainsi que pour les différents immeubles. Une comparaison avec la totalité des immeubles permet ensuite d’évaluer la qualité de son propre portefeuille par rapport à celle des autres. Le rapport annuel présente aux gestionnaires de portefeuille les progrès réalisés grâce aux mesures prises, ce qui devrait permettre à moyen terme de mieux identifier les mesures efficaces.

L’association propose aussi un forum d’échange d’expériences et de bonnes pratiques en matière de durabilité. Il faut également perfectionner la méthodologie de mesure afin d’améliorer régulièrement les bases de données. Ainsi, le type de pompe à chaleur ou la source d’énergie du chauffage urbain ne sont pas négligeables pour l’écobilan. Il faut toutefois commencer par rassembler ces informations. Le benchmark CO2 de la REIDA est un bon début, même s’il reste encore du travail.

Le bureau est mort. Vive le bureau!

Malgré tous les avantages du télétravail, de nombreuses personnes sont heureuses de pouvoir retourner au bureau. Toutefois, pour que ces bonnes dispositions perdurent, il faut des environnements de travail d’un genre nouveau. Le bureau doit devenir un lieu de bien-être où il fait bon travailler.

Contactez-nous

N’hésitez pas à nous contacter pour obtenir des informations sur les opportunités d’investissement et découvrir comment nous pouvons vous aider à atteindre vos objectifs de placement. 

Dans la mesure où ces supports contiennent des déclarations sur l’avenir, celles-ci ont un caractère prévisionnel et sont donc soumises à divers risques et incertitudes. Elles ne constituent pas une garantie de résultats futurs.

Ce support est un document marketing de Credit Suisse Group SA et/ou de ses filiales (ci-après dénommé «CS») et donne des informations sur une stratégie. Il ne constitue nullement ou ne fait partie d’aucune offre ou invitation à émettre ou vendre, ni une sollicitation d’offre de souscription ou d’achat de valeurs ou d’autres instruments financiers, ou à effectuer toute autre opération financière, ni ne constitue une incitation de souscription à un produit, une offre ou un placement. Ce document commercial n’est pas un document contractuellement contraignant ni un document d’information requis par une disposition législative quelconque. Aucun élément de ce support ne saurait constituer une recherche ou un conseil en investissement et ne peut en aucun cas y être assimilé. Il n’est pas adapté à votre situation personnelle ni ne constitue une recommandation personnalisée et ne suffit pas pour prendre une décision de placement. Les informations et les opinions exprimées dans le présent document reflètent celles du Credit Suisse au moment de la rédaction et sont sujettes à modification à tout moment sans préavis. Elles proviennent de sources considérées comme fiables. Le CS ne fournit aucune garantie quant au contenu et à l’exhaustivité de ces informations et, dans la mesure où la loi le permet, il décline toute responsabilité pour les pertes qui pourraient résulter de l’utilisation de ces informations. Sauf mention contraire, les chiffres n’ont pas été vérifiés. Les informations fournies dans le présent document sont réservées au seul usage de son destinataire. Les informations figurant dans ce support peuvent être modifiées sans préavis après la date d’émission de celui-ci sans que CS soit tenu de les actualiser. Ce support peut contenir des informations sous licence et/ou protégées par les droits de propriété intellectuelle des concédants de licence et des détenteurs du droit à la propriété. Rien dans ce support ne saurait être interprété comme imposant une responsabilité aux concédants de licence ou aux détenteurs du droit à la propriété. La copie non autorisée des informations des concédants de licence ou des détenteurs du droit à la propriété est formellement interdite. Ce document ne peut en aucun cas être transféré ou distribué à une autre personne ni ne peut être reproduit. Tout transfert, distribution ou reproduction est interdit et peut entraîner une violation de la loi américaine de 1933 sur les valeurs mobilières US Securities Act, telle que modifiée et actuellement en vigueur (loi ci-après dénommée «Securities Act»).