Contact

Menu

Article

«L’architecture doit plaire, sans être inutilement voyante»

L’architecte et urbaniste suisse Harry Gugger a déjà réalisé d’innombrables projets d’envergure aux niveaux national et international, notamment pour Global Real Estate de Credit Suisse Asset Management. Selon lui, l’architecture doit plaire, sans être inutilement voyante.

16 novembre 2021

Entretien avec Harry Gugger

Professeur d’architecture et d’urbanisme à l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et directeur général du bureau d’architecture Harry Gugger Studio à Bâle

modern city

Dans cet entretien, Harry Gugger explique ce que l’architecture doit apporter et ce qui la rend «belle».

Monsieur Gugger, commençons par une question philosophique: qu’est-ce que l’architecture et qu’est-ce qu’elle devrait être?

Harry Gugger: En principe, un bâtiment doit remplir la fonction à laquelle il est destiné. L’architecture trouve son origine dans les ouvrages de protection. Ces bâtiments simples ont évolué vers des architectures complexes qui permettent diverses formes de vie et de travail. Nous constatons bien l’influence et l’importance du plan d’une maison, par exemple, sur notre bien-être, maintenant que nous sommes confrontés à une pandémie.

En tant qu’architecte, nous devons nous conformer au mandat du client. En même temps, nous avons une responsabilité sociale et prendre en considération le contexte dans lequel l’objet s’inscrit. En ce sens, l’architecture favorise les échanges culturels. Je pense ici à l’un des projets les plus importants auquel j’ai participé en travaillant chez Herzog & de Meuron, la Tate Modern de Londres. La salle des turbines, qui a été rendue accessible grâce au projet, confère au site – dans son utilisation comme espace d’exposition – une singularité urbaine. Ce n’était pas demandé dans l’appel d’offres et ce n’était pas non plus prévisible.

En tant qu’architecte, vous êtes un concepteur créatif. Une bonne architecture est-elle automatiquement belle? Existe-t-il une esthétique universelle en architecture?

Pour qu’un bâtiment puisse être utilisé pendant longtemps – et c’est là une exigence centrale de la durabilité – il doit non seulement être utilisable de manière flexible et adaptable sur le plan structurel, mais il doit également plaire. Si l’architecture est pensée principalement en termes d’objet et ne s’inscrit pas dans son environnement, cela peut nuire à l’identification du grand public avec le bâtiment. Une esthétique appropriée est donc très importante. L’architecture doit plaire aux gens tout en s’intégrant dans l’environnement. Il existe des idéaux de beauté généraux et unificateurs, et des règles culturelles. Dans sa forme détendue, le nombre d’or, par exemple, conduit à des proportions qui plaisent aux gens. Ce que nous voulons atteindre avec nos réalisations, c’est une combinaison de la praticité et de la beauté.

"Je ne me considère pas comme un artiste et je n’ai pas non plus la prétention d’imposer ma signature à un bâtiment."

Vous avez planifié de grands projets tels que The Exchange à Vancouver, au Canada, pour Global Real Estate de Credit Suisse Asset Management. Ces bâtiments représentent-ils le style architectural qui est associé à votre nom?

Je ne me considère pas comme un artiste et je n’ai pas non plus la prétention d’imposer ma signature à un bâtiment. Dans notre approche, nous essayons plutôt de donner une réponse architecturale spécifique aux demandes du client, aux utilisations prévues du bien immobilier et au contexte urbain, afin de conférer au projet son caractère indépendant.

L’espace en Suisse est limité, la densification est en marche. Les immeubles de grande hauteur sont-ils aujourd’hui les icônes de cette densification?

La densification ultérieure des quartiers urbains, c’est-à-dire l’utilisation de terrains vacants dans des zones déjà construites, n’a commencé en Suisse que tardivement. Les immeubles de grande hauteur représentent un superbe défi architectural, mais ils sont extrêmement exigeants en termes de planification et soulèvent souvent des difficultés d’ordre politique. Je crois que la proximité du sol est importante pour les humains. Le fait qu’une telle densification fonctionne bien est démontré, par exemple, par les quartiers construits durant le Gründerzeit en Suisse, comme le «Gundeli» à Bâle. Avec ses bâtiments de cinq à six étages, c’est l’un des quartiers les plus densément peuplés du pays. Les immeubles de grande hauteur ne sont donc qu’une forme possible de densification qui suscite une attention particulière.

Selon vous, quelles sont les tendances les plus importantes en architecture?

Chez nous, c’est certainement la densification. En tant que petit pays densément peuplé, la Suisse doit être économe avec ses terres. L’étalement urbain des dernières décennies a conduit à la reconnaissance de la nécessité d’une densification, qui a été inscrite dans la loi sur l’aménagement du territoire.

La durabilité reste toutefois la tendance la plus significative, dans le domaine de l’architecture aussi. Elle influence non seulement le choix des matériaux de construction, mais aussi le processus de construction et l’entretien des bâtiments existants. Nous ne devons pas oublier: le secteur de la construction, le parc immobilier et les infrastructures sont responsables d’une grande partie des émissions de CO2 ainsi que d’une consommation massive et non durable de matières premières. La pression pour agir est donc élevée.

Osons un regard vers l’avenir. Quand parviendrons-nous à la maison recyclable?

Elle existe déjà. Nous venons d’en construire une pour le compte d’un client, en collaboration avec Erne Holzbau AG dans le Hirtenweg à Riehen. Il s’agit d’une structure modulaire en bois, d’une fabrication hautement industrialisée, qui peut être assemblée et désassemblée en éléments individuels. Cela ne se voit pas de l’extérieur. La maison semble avoir été là depuis longtemps, ce qui crée une identité, une appartenance. La construction modulaire est non seulement peu coûteuse, elle permet également, par exemple, de construire beaucoup plus près des arbres sans les endommager.

Qu’en est-il de l’utilisation des couleurs en architecture?

Il s’agit d’une science en soi que peu de personnes maîtrisent vraiment. Revenons au projet résidentiel du Hirtenweg mentionné précédemment. Là, par exemple, nous utilisons une peinture traditionnelle à base de boue pour protéger le revêtement en bois. En collaboration avec une conseillère en chromatisme, nous avons choisi un rouge suédois, qui est la couleur complémentaire du vert des pins se trouvant sur le site. Les couleurs contribuent au bienêtre, suscitent des émotions et ont un grand pouvoir de rayonnement. Le Corbusier était – probablement en raison de son implication dans la peinture – un maître de l’utilisation des couleurs dans l’aménagement de l’espace. Chaque couleur a un effet spécifique sur l’environnement, qu’il convient de bien comprendre.

Comment aimeriez-vous voir l’architecture du futur?

Que l’on s’éloigne de la domination de la forme, de l’objet architectural, pour aller vers des solutions «normales», simples. Un bâtiment peut être super parce qu’il est tout simplement «normal». À certains endroits, une importance excessive est accordée à l’architecture formaliste. L’architecture est une science épuisée, il y a peu de choses à réinventer. En principe, nous travaillons avec des types de construction qui ont fait leurs preuves et remplissent leur fonction de manière optimale. Nous pouvons les optimiser en utilisant de nouveaux matériaux de construction durables et des processus numériques. Au lieu de célébrer son caractère objectal, l’architecture devrait à l’avenir refléter et respecter davantage son environnement.

Le style des bâtiments permet de les attribuer à leurs époques. Quel style architectural symbolisera un jour le début du XXIe siècle?

La numérisation et l’utilisation de matériaux de construction traditionnels et nouveaux déterminent actuellement le développement de l’architecture. J’espère que les icônes de notre époque seront un jour les bâtiments qui ont permis à la durabilité de faire sa percée, sans pour autant être trop voyants. Que cela soit fait à l’aide des dernières technologies ou d’une manière plus archaïque n’a finalement aucune importance.

Après avoir conçu plus de 250 bâtiments, rêvez-vous d’un bâtiment particulier que vous aimeriez réaliser? 

J’aimerais réaliser encore de nombreux autres projets. Mais je n’ai pas de projet précis en tête. Mon rêve est de faire de la bonne architecture en me rapprochant le plus possible de la perfection. Bien sûr, on n’y arrive jamais. C’est pourquoi j’entretiens une relation critique avec le projet réalisé. Cela me motive et me pousse à être en constante évolution. On ne devrait jamais oublier une chose: une fois que le bâtiment est érigé, l’architecture peut susciter la réprobation dans la ville, et ce de manière permanente. On doit donc s’assurer que ce ne sera pas le cas en agissant de manière circonspecte et réfléchie.

Harry Gugger: le succès d’une vocation tardive

© Martin Tessler

The Exchange

Vancouver (Canada)

Mandat

Défi

Solution

Contactez Asset Management

Découvrez des opportunités d’investissement attractives. Nous vous aiderons à atteindre vos objectifs d’investissement.

Source: Credit Suisse, sauf mention contraire.
Sauf mention contraire, les illustrations fournies dans le présent document ont été élaborées par Credit Suisse Group AG et/ou ses sociétés affiliées avec le plus grand soin et en toute bonne foi.
Ce document est une communication commerciale de Credit Suisse Group AG et/ou de ses filiales (ci-après «CS»). Ce document ne constitue pas, ni ne fait partie, d’une offre ou d’une invitation à émettre ou à vendre, ni d’une sollicitation à offrir à la souscription ou à l’achat, des titres ou autres instruments financiers, ni à conclure une quelconque autre transaction financière; il ne constitue pas non plus une incitation ou une invitation à s’engager dans un produit, une offre ou un investissement quelconque. Ce document ne constitue pas une recherche sur des placements ou un conseil en investissement, et ne dois pas être considéré comme tel. Il ne tient pas compte de votre situation personnelle et ne constitue pas une recommandation personnalisée. Les informations peuvent être modifiées sans préavis après la date du présent document, et CS n’a aucune obligation de mettre à jour les informations. Ce document pourrait contenir des informations sous licence et/ou protégées par des droits de propriété intellectuelle et autres droits de propriété. Rien dans ce document ne doit être interprété comme imposant une quelconque responsabilité aux donneurs de licence ou aux détenteurs de droits de propriété. Toute copie non autorisée des informations des donneurs de licence ou des détenteurs de droits de propriété est strictement interdite.